Mes cher(es) compatriotes,

Les élections législatives de juin prochain viennent achever un cycle électoral tout à fait inédit. La campagne présidentielle a débuté au même moment que le tragique conflit en Ukraine, qui a bouleversé les grands équilibres géopolitiques au niveau mondial. La précédente mandature a elle été largement perturbée par la crise sanitaire et la gestion de l’épidémie.

Cette crise, nous, Français de l’étranger, l’avons subi de plein fouet. A l’éloignement de nos familles, s’est ajouté le sentiment de ne plus faire partie de la communauté nationale. Certaines mesures, comme celles des motifs impérieux, ont constitué une véritable mise au ban.

Pourtant, nous, Français de l’étranger nous sentons français avant tout. Nous entretenons de puissants liens avec la France : nos familles et nos amis y résident, nous y détenons nos entreprises, nous y avons notre histoire personnelle et notre héritage culturel.

Cet enracinement et cet attachement font de nous les meilleurs ambassadeurs de la France dans nos pays d’accueil. Loin d’être des privilégiés ou encore des exilés fiscaux, nous oeuvrons au quotidien pour le rayonnement de la culture, de la langue, de l’économie ou bien encore des idées françaises.

Nos réussites personnelles- qu’elles soit professionnelles ou bien encore associatives – sont celles de la France.

Au travers de mon mandat de député, je serai le porte-voix de ceux qui ont, depuis trop d’années, été oubliés ou peu entendus car vivant à des milliers de kilomètres. Et qui permettent pourtant à la France d’exister un peu partout, dans les pays comme dans les esprits.

Franck Bondrille

Candidat pour la 1ère circonscription des Français de l’étranger soutenu par l’ASFE

Notre dernière actualité

Voir les autres actualités